Pharmaciens

Découvrez les avantages de Sofiadis Lien

Laboratoires

Rejoignez notre réseau Lien

Choisissez votre langue

Comprendre et traiter l'entorse

Une entorse est un traumatisme d'une articulation dû à un faux mouvement : la cheville, le genou, le poignet, le pouce…peuvent être touchés. Elle est fréquente dans la pratique d'un sport : sports collectifs (volley, basket, football…) et sports individuels : ski, tennis, marche… mais aussi dans la vie courante : faux pas, accident de voiture…

Une entorse est une déchirure allant de la simple distension à la rupture complète d'un ou plusieurs ligaments de l'articulation concernée. On distingue dès lors 3 types d'entorses : bénigne, moyenne et grave.

  • Lors d'une entorse bénigne, vous ressentez une légère sensibilité accompagnée d'œdème sans ecchymose (bleu). Vous pouvez bouger l'articulation avec une douleur minime. Cette douleur diminue en général rapidement en quelques heures.
  • Dans le cas d'une entorse moyenne, la douleur est modérée et un œdème léger à modéré est présent avec une ecchymose. Vous ressentez des difficultés à bouger l'articulation.
  • Lors d'une entorse grave, un craquement est parfois audible. L'œdème apparait en quelques minutes (5 à 10 mn) suivi d'un hématome dans les 24 heures. En général, la douleur est violente au début, puis se calme ensuite avant que des élancements ne reprennent dans l'heure qui suit, avec sensation de déchirure. Les entorses graves nécessitent une immobilisation plâtrée de 4 à 6 semaines après réparation chirurgicale ou non. 

Des moyens de prévention à la portée de tous

  • Pour prévenir une entorse, faites un échauffement systématiquement avant la pratique du sport.
  • Avant l'activité physique, massez vos muscles au moyen d'une crème chauffante. Le massage stimule la circulation sanguine du muscle et améliore l'élasticité des tendons.
  • Pratiquez aussi des exercices de renforcement de l'articulation pour améliorer la stabilisation active de cette articulation (force et proprioception).

Ces conseils sont valables aussi après une entorse car une articulation qui a été le siège d'une entorse reste fragile longtemps et les entorses ont tendance à se reproduire.

Plus la lésion est importante, plus la stabilisation de l’articulation est indispensable.

  • Pour les entorses bénignes, immobilisez l'articulation foulée au moyen d'un bandage pas trop compressif (bandes de compréhssion élastiques), l'œdème étant susceptible d'évoluer. Les chevillières ou genouillères peuvent aussi être utilisés mais sont plutôt réservés en prévention à la reprise d’une activité sportive ou professionnelle après un traumatisme.
  • Pour les entorses bénignes, l’utilisation de chevillières ou de genouillère ligamentaire est préférée. Elles présentent des sangles qui ne doivent être ni trop serrées ni pas assez, ou des renforts latéraux qui renforcent les ligaments lésés et favorisent la cicatrisation ligamentaire. Les genouillères existent avec ou sans ouverture rotulienne.

Les conseils en cas d'entorse

En cas d'entorse bénigne ou moyenne, il est recommandé d'utiliser la méthode B.R.E.F :

  • B comme bandage (au moyen d'un bandage compressif par exemple)
  • R comme repos (min 48h)
  • E comme élévation du membre endolori
  • F comme froid (appliquez une poche de glace ou une compresse froide le plus tôt possible pendant 15 à 20 mn toutes les 2 heures, 6 fois par jour le premier jour, puis 4 fois par jour pendant 2 à 3 jours. Puis espacez jusqu'à disparition complète de l'œdème). 

Consultez un médecin

Toute entorse chez un enfant doit amener à consulter un médecin. Consultez pour un adulte si :

  • La douleur est intense
  • s'il est dans l' impossibilité de poser le pied à terre ou de se servir du membre atteint
  • s'il y a eu un craquement, une perception de déchirure
  • l'articulation "a du jeu" ou semble instable
  • une ecchymose apparait rapidement voire immédiatement accompagnée d'un œdème important.

Les dernières recommandations

Les AINS (anti-infammatoires) sont à éviter les 48 premières heures car ils entravent la réparation correcte des tissus. Après ce délai , si la douleur est toujours présente et insuffisamment contrôlée par le paracétamol, vous pouvez prendre de l'ibuprofène par voie orale ou enduire une crème, un gel ou appliquer un patch anti-inflammatoire sur la zone douloureuse.

Attention, il est déconseillé de masser une zone où un hématome ou un oedème persiste. Ne reprenez pas trop rapidement la pratique d'une activité sportive : attendez 4 à 6 semaines pour favoriser la reconstruction des ligaments. En cas de reprise sportive, protégez l'articulation fragilisée par une orthèse.