Pharmaciens

Découvrez les avantages de Sofiadis Lien

Laboratoires

Rejoignez notre réseau Lien

Choisissez votre langue

Maladie de Lyme, une maladie aussi grave que négligée

Rencontre avec Madame Sophie Barthélemi, fondatrice du Groupe Facebook "Pour que la maladie de Lyme soit reconnue en Belgique et ailleurs", elle-même atteinte de la maladie de Lyme.

La maladie de Lyme est une maladie bactérienne du genre "Borrelia" et transmise par des morsures de tique. Elle tire son nom de la ville de Lyme (Connecticut – Etats-Unis) où elle a été, pour la première fois, suspectée en 1975. Non soignée et sans guérison spontanée, la maladie peut affecter, directement ou indirectement, la plupart des organes humains et ce de manière aiguë et/ou permanente avec des effets qui peuvent conduire à des handicaps physiques et/ou neurologiques.

Qu'est-ce que la maladie de Lyme ?
La maladie de Lyme (ou Borréliose de Lyme) est une infection bactérienne transmise à l'homme par des piqûres de tiques. On compte un millier de nouveaux cas par an en Europe. Pour des raisons encore mal comprises, elle est en plein développement, notamment en Europe et dans l'est et l'ouest des Etats-Unis. Présente dans 65 pays, elle est devenue la plus fréquente de toutes les maladies vectorielles transmises à l'homme dans l'hémisphère nord. Elle se transmettrait même de manière plus fulgurante que le sida...

Comment risque-t-on de contracter la maladie ?
Il faut être mordu par une tique (on ne sent rien), que la tique soit porteuse de la bactérie pathogène (en Europe 10% des tiques sont infectées) et que la tique soit porteuse d'une des bactéries qui peut causer la maladie de Lyme. Toutes les personnes infectées ne développeront pas nécessairement la maladie. Il est possible d’être piqué par une tique en se déplaçant en forêt, en prairie ou même dans les espaces verts urbains.

Qu'est-ce qu'une tique ?
C’est un petit acarien de couleur sombre, de la taille d’une tête d’épingle. Elle se fixe sur la végétation basse en attendant le passage d’un être vivant au sang chaud sur lequel elle se fixe puis se déplace pour s’accrocher à la peau où elle va sucer le sang. Quand elle est gorgée de sang (sa taille peut atteindre 1cm) elle se détache et se laisse tomber sur le sol. Une tique pond plusieurs milliers d'oeufs qui deviennent larves puis nymphes avant le stade adulte.

Comment se manifeste la maladie de Lyme ?
De manière très simple. En ce qui me concerne, des "maux" de la vie quotidienne : sensation de grippe, forte perte ou prise de poids, maux de tête violents, mauvais sommeil, palpitations, arythmie...
Aujourd'hui, je peux être très bien et, demain, être très mal. Ces petites choses qui ne sont pas très graves mais qui s'accumulent...

On distingue trois phases dans l'évolution de la maladie de Lyme :

  • 3 jours à 3 mois après la morsure : tâche rouge circulaire, à proximité de la morsure, qui grandit petit à petit ; symptômes grippaux (mal de tête, fatigue, fièvre, . . .).
  • Quelques semaines ou mois après la morsure : douleurs dans les bras ou les jambes ; déformation du visage (causée par une paralysie des muscles de la face) ; vision double ; troubles du rythme cardiaque.
  • Des mois jusqu’à même parfois des années après la morsure : douleurs et gonflement d’une articulation (souvent le genou) ; troubles neurologiques chroniques; maladie chronique de la peau au niveau des bras ou des jambes.

Une personne infectée peut développer un ou plusieurs de ces symptômes combinés de façon variable, fluctuants et "migrants".

Comment fait-on le diagnostic ?
Il y a de plus en plus de médecins qui le savent mais tous ne le savent pas : il faut attendre entre 4 et 6 semaines après la piqûre de tique pour demander une analyse de sang et y rechercher les anticorps de Borrelia Burgdorferi. On appelle cela le "Test Elisa" dont le résultat est fiable une fois sur trois.
Le problème est que l'analyse ne porte pas sur toutes les souches !

Si on ne pose pas le bon diagnostic, l'infection va se disséminer dans l'organisme du patient et la maladie de Lyme aura toutes les chances d'atteindre le stade chronique.
 
Les résultats positifs de la prise de sang vont confirmer le diagnostic de maladie de Lyme que le médecin soupçonnait chez son patient. Sauf rares exceptions, un résultat positif est un vrai positif lorsqu'il est accompagné des symptômes cliniques de Lyme. Les résultats négatifs de la prise dse sang indiquent qu'il n'a pas été possible de trouver de traces de Borrelia Burgdorferi mais n'exclut pas que le patient soit atteint de Maladie de Lyme. Les laboratoires ne disposent pas de tests plus performants.

Un seul laboratoire, privé,en Allemagne permet un test fiable à 90 ou 95%. Ce test n'est pas reconnu en Belgique et son coût (+/- 250€) n'est pas remboursé.

Une ponction lombaire pourra être pratiquée sur des malades ayant une sérologie négative mais souffrant de symptômes évoquant la maladie de Lyme.  Cependant, même les résultats négatifs de la ponction lombaire ne sont pas entièrement fiables.

La recherche d'un bon diagnostic peut devenir épuisante car le patient rencontre beaucoup d'incompréhension sur son chemin.

Existe-t-il un traitement de la maladie de Lyme ?
Quant au traitement, officiellement, il passe par une antibiothérapie longue que seul un médecin averti pourra vous prescrire. L'antibiotique est efficace en début de maladie, mais elle est habituellement prescrite 14 à 21 jours. Plus le traitement antibiotique est précoce, plus il est efficace, cependant il s'agit de traitements prescrits lors de symptômes, il n'est pas prouvé qu'un traitement administré en l'absence de symptômes diminue le risque de maladie de Lyme tardive.

Si vous décidiez de suivre ce traitement antibiotique, il n'aggravera pas les choses, il risque juste d'être inutile. Si vous choisissez cette voie de traitement, il est important de prendre des compléments et de se faire conseiller par un naturopathe en parallèle du médecin.

Comment prévenir la maladie de Lyme ?
La meilleure prévention actuelle consiste à se protéger contre les morsures de tiques lors d'une promenade en forêt. Eviter les zones boisées et broussailleuses avec des herbes hautes et des feuilles mortes au sol, marcher au centre des chemins et porter des vêtements longs et fermés, les chaussettes recouvrant le bas des pantalons.

On peut appliquer des insectifuges à base de DEET (diéthyltoluamide) sur la peau exposée. Ils sont actifs plusieurs heures. Eviter d’appliquer ces produits sur la peau des enfants, des femmes enceintes, sur les yeux, la bouche. On peut pulvériser des produits à base de perméthrine sur les vêtements, en particulier chaussures, pantalons, chaussettes.

Après une promenade dans une zone à risques, on examine soigneusement tout le corps et le cuir chevelu pour repérer et retirer précocement toute tique. Pour cela, il faut prendre l’habitude de prendre une douche ou un bain dans les deux heures qui suivent la fin de la promenade. Le plus sûr également est de laver les vêtements à 60 degrés.
Pour extraire une tique de la peau, à l'aide d'une pince fine (pince à épiler) ou d'une pince spéciale vendue en pharmacie, agripper la tique le plus près possible de la peau et tirer doucement mais fermement en tournant. Une fois enlevée, le mieux est de brûler la tique.

Les personnes intéressées peuvent rejoindre le Groupe Facebook "Pour que la maladie de Lyme soit reconnue en Belgique et ailleurs". On y trouve également le calendrier des conférences organisées sur la maladie de Lyme.