Pharmaciens

Découvrez les avantages de Sofiadis Lien

Laboratoires

Rejoignez notre réseau Lien

Choisissez votre langue

Mon enfant a de la fièvre

C'est souvent l'inquiétude totale lorsque les parents découvrent que leur enfant a de la fièvre, ce qui au final est plus que compréhensible ! Mais rien ne sert de paniquer, il suffit d'avoir les bons réflexes pour pouvoir traiter à temps votre enfant. La fièvre est définie chez les bébés et enfants par une température rectale supérieure à 38° C.

Qu’est ce que?

C'est souvent l'inquiétude totale lorsque les parents découvrent que leur enfant a de la fièvre, ce qui au final est plus que compréhensible ! Mais rien ne sert de paniquer, il suffit d'avoir les bons réflexes pour pouvoir traiter à temps votre enfant.

La fièvre est définie chez les bébés et enfants par une température rectale supérieure à 38° C. La fièvre n'est pas une maladie en soi, mais un symptôme, une réaction de défense du corps… La fièvre l'aide à combattre des bactéries et des virus. Contrairement aux adultes, la fièvre élevée ne signifie pas toujours que l'enfant est gravement malade. La fièvre est très fréquente chez les enfants lors d'infections comme une angine, une otite, une bronchite, mais aussi pour d'éventuelles autres raisons par forcément infectieuses comme la poussée dentaire.

Un bébé est de nature très fragile avec des défenses immunitaires fonctionnant moins bien que chez l'adulte. A côté de la fièvre proprement dite, d'autres symptômes peuvent être présents (diarrhée, vomissements, tâches sur la peau…). Ces manifestations doivent vous pousser à consulter un médecin, afin d'orienter vers un diagnostic. Les convulsions fébriles surviennent lors des pics fébriles chez 2 à 5% des enfants jusqu'à l'âge de 5 ans, avec une incidence maximale entre 18 et 24 mois.

Ces convulsions sont assez impressionnantes pour les parents et l'entourage cependant dans la plupart des cas elles sont bénignes. Les facteurs favorisants sont :

une montée rapide de la température, un âge inférieur à 18 mois, et si le bébé a déjà fait une crise de ce type auparavant. Elle survient quand la température de l'enfant est supérieure à 38° C, et parfois dès le début de la montée de la température. Cette crise convulsive hyper-thermique risque de récidiver, si la première convulsion fébrile est survenue à un très jeune âge.

Que faire ? Quels sont les traitements?

Chez l'enfant, un traitement n'est recommandé que si elle est mal tolérée et à partir de 38,5°C. Une fièvre est bien tolérée si l'enfant a les joues rouges, s'il reste capable de boire, s'il conserve un bon contact, s'il a la peau chaude.

Une fièvre est mal tolérée si l'enfant est pâle avec une cyanose des lèvres (lèvres bleues), s'il est très somnolent, s'il geint et s'il est marbré au niveau des extrémités. Il faut en premier lieu le découvrir, le faire boire abondamment et garder une température ambiante entre 18 et 20°C avant d'avoir recours aux antipyrétiques.

Vous pouvez aussi mouiller sa peau avec un gant de toilette tiède. Le bain n'est plus recommandé car son effet bénéfique est minime au regard de l'inconfort qu'il procure, de plus l'effet cesse très rapidement à la sortie du bain. Il est important de prendre régulièrement la température.

Si la fièvre persiste plusieurs jours ou si elle ne s'accompagne d'aucun signe infectieux apparent, mesure-la plusieurs fois par jour et établissez une courbe de température qui sera très utile au médecin pour déterminer son origine. Si l'enfant supporte mal la fièvre malgré les mesures hygiéno-diététiques, donnez lui un antipyrétique. Privilégiez le paracétamol. Les dosages doivent être adaptés selon l'âge et le poids de l'enfant malade. L'ibuprofène ou l'aspirine peuvent être aussi utilisés pour faire baisser la température (mais ils présentent des risques de complications cutanées en cas d'infection virale, et en particulier de varicelle).

Conseils de votre pharmacien

Les convulsions font peur.. Que faire en pratique si cela arrive à votre enfant? Appelez le médecin ou les urgences… il y a de fortes chances que la crise sera terminée lorsque le médecin arrivera mais cela rassure.

Pendant la crise convulsive, gardez votre calme et lucidité. Il faut écarter autour de l'enfant tous les objets susceptibles d'être dangereux. L'allonger en position latérale de sécurité et veiller qu'il ne se frappe pas la tête sur un plan dur (mettre un petit coussin sous sa tête). Assurez-vous aussi que l'enfant n'a rien dans la bouche. Ne tentez pas de l'empêcher de bloquer ses mouvements liés aux convulsions. Si la convulsion fébrile est terminée quand le médecin arrive, et que la convulsion a duré moins de 15 minutes, le médecin examinera attentivement votre enfant et si tout va bien, le médecin ne fera rien de plus s'il s'agit d'une première crise.

Il vous expliquera l'origine de cette crise et prescrira un traitement pour faire baisser la fièvre. Éventuellement, il peut prescrire un traitement (à donner à l'enfant par voie rectale) que vous donnerez si la même crise se renouvelle. Au moindre doute pour le médecin, et si, en particulier, l'enfant a moins d'un an, des examens sont nécessaires, en particulier une ponction lombaire, un électro-encéphalogramme.

Quand on sait qu'un enfant est sujet à des convulsions hyper-thermiques, il faut prévenir les variations brutales de température en donnant des antipyrétiques (médicaments contre la fièvre) dès que l'enfant a de la fièvre.

Comment prévenir?

Quels sont les facteurs déclenchant? Il est important de prendre régulièrement (chaque jour chez le nourrisson) la température chez l'enfant afin de réagir rapidement si nécessaire. Pour savoir si votre enfant a de la fièvre, il ne suffit pas uniquement de mettre votre main sur son front. Les moyens les plus fiables qui doivent être utilisés pour prendre la température de l'enfant sont les thermomètres qui mesurent la température via le rectum ou la bouche. Quand on sait qu'un enfant est sujet à des convulsions hyper-thermiques, il faut prévenir les variations brutales de température en donnant des antipyrétiques (médicaments contre la fièvre) dès que l'enfant a de la fièvre.

Les compléments utiles

L'homéopathie peut être une aide utile pour faire baisser la température. Différents remèdes existent et différent selon les symptômes associés. La belladona sera plutôt indiqué lorsque la fièvre est élevée,brutale et intense avec possibilité de convulsions.La fièvre s'accompagne de rougeurs au visage, mal de tête et soif intense. Le bryonia est lui, plus indiqué lorsque la fièvre est élevée mais avec une montée progressive.

Les accessoires utiles

Le thermomètre à embout flexible est idéal pour les enfants. Il permet une mesure plus confortable et plus sécurisée. Ils indiquent la température en 10 secondes seulement.

Les thermomètres auriculaires sont rapides, faciles à utiliser à condition de bien tirer le lobe de l'oreille pour rendre le tympan accessible à la mesure. Il faut effectuer une légère rotation de la sonde dans l'oreille, en maintenant la pression 4 à 5 secondes sur le bouton, pour être sûr de passer sur le tympan, afin que l'appareil retienne la mesure la plus haute. Ils sont parfois moins fiables qu'une prise de température rectale qui reste la méthode de référence.

Attention toutefois, en cas de suspicion de fièvre, il est préférable de mesurer la température rectale qui reste la méthode de référence. En effet, ils indiquent la température supralinguale et non sublinguale (zone de référence)

Quand consulter un médecin?

Consultez d'urgence pour un bébé de moins de 3 mois dont la température dépasse les 38°.

Direction les urgences si la fièvre dépasse 40°C, s'accompagne de violents maux de tête ou d'une raideur de la nuque ou de vomissements ou d'une diminution de la force musculaire ou si des taches rouges apparaissent sur le corps.

Il y a urgence également si la fièvre s'accompagne de convulsions ou si la fièvre est supérieure à 40°C chez un enfant de moins de 3 ans malgré une prise en charge bien menée (conseils hygiéno-diététiques et traitement).

Consultez le médecin si la fièvre persiste après deux jours d'un traitement adapté ou si la fièvre est mal tolérée, aussi si elle s'accompagne de maux de ventre, de vomissements, de diarrhées, d'essoufflement.

Si vous suspectez une angine, une otite ou une infection urinaire (urines troubles et/ou nauséabondes), demandez conseil à votre médecin.